Lettre d’adieu à ma honte

Le livret. la sainte Trinité des "Moi"
Lettre à ma solitude

Lettre d’adieu à ma honte

 

Toi ma honte, je te quitte, je te raye de mes croyances absurdes.

Tu m’as fait croire pendant si longtemps que je ne valais rien, pas même le crachat que l’on me lançait à la figure, que je me hais avec rage. Une rage si grande qu’elle m’a fait tout raté pour correspondre exactement à ce que tu avais la prétention de dire de moi. Tu m’as jugée dans les yeux de ma mère, tu m’as condamnée dans les reniements de mon père. Tu m’as humiliée dans les yeux de mon aimé. Tu m’as trahie dans ceux de mes amis.

Quelle partie de moi peut être aussi acharnée à me détruire ? Comment ai-je pu croire un instant que cette partie avait raison ? Qui a pu réussir avec autant de succès à me faire croire à mon inutilité ? Comment le ciment du désastre a pu être coulé dans les trous béants que tu créais dans mon cœur sans que je m’en aperçoive ?

J’avais cru tenir bon. J’avais cru te tenir en laisse en te niant, en ne te regardant pas en face. Mais tu as attendu ton heure, me faisant des croches pattes ça et là, sournoisement, pour enfin me terrasser et me faire faire à moi-même la plus grande de toutes les blessures ; meurtrir mon aimé, l’homme qui me convient si bien que je n’ai plus envie d’en regarder un autre, en écrasant mon amour de lui sous une montagne de rage et de colère, d’orgueil et d’arrogance et en le lui confisquant. Tu me l’as fait quitté avec un sourire et beaucoup de sournoise cruauté pour mieux me plonger dans ta lie, ma honte, et me montrer à quel point, je ne suis qu’une idiote, une moins que rien, un monstre sans cœur, une femme handicapée.

Mais je te regarde maintenant, je te vois. Et par l’amour de lui que tu as relâché à ma conscience, croyant me faire plaisir en me faisant tomber, je me relève et je crève le bubon de la rage pour en faire de l’estime, de l’amour pour moi-même, celui-là même que tu m’as volé, purgé, sucé jusqu’au cœur des entrailles. Il me porte cet amour que je ne peux plus partager avec mon aimé. Il m’élève et me fait voir clair. Il me dit que j’ai le temps, que je n’ai rien d’autre à faire que d’être moi-même. Cette femme que je ne connais pas car tu l’as obligée à se cacher jusqu’à maintenant, cette femme je commence à l’aimer. Je me reconnais dans ses débordements de sentiments. Je me sens dans ses forces d’optimisme et de rêve. Je me vois dans ses envies d’amour et de liberté. Une liberté que je ne connais que depuis peu à cause de toi, toi qui m’as enchaînée à une étrangère fabriquée à l’envie des autres.

Alors ma honte, me diras-tu qui de moi se cache derrière toi ?

Ecarte-toi, s’il te plait.

Encore un peu, je ne vois que la culpabilité derrière toi. Pousse la, pars avec elle, tiens, ce sera ta plus belle sortie.

Voilà. Merci.

Je m’en doutais. Je le savais. Il n’y avait que la petite fille pleine d’amour pour ses parents pour croire autant qu’elle les avait déçus, pour s’accrocher à une image irréelle qu’aucun d’eux n’a jamais aimé. Car ils t’aimaient, toi, c’est eux qui ne s’aimaient pas.

Pardonnons-leur, ma toute belle. Sauvons nous de ce cauchemar absurde. Il n’existe que dans notre tête. Regarde-moi, ma petite chérie et vois dans mes yeux tout l’amour immense que je sais avoir pour mon aimé, mes enfants, je l’ai enfin pour toi, mon cœur, mon enfant. Tu es ma dignité, ma fierté. Sois ma liberté d’aimer.

.

Mary Blue Melville

Le livret. la sainte Trinité des "Moi"
Lettre à ma solitude

6 Commentaires

  1. beau et vrai !

    Répondre
  2. beau et vrai !

    Répondre
  3. beau et vrai !

    Répondre
    • Merci. Merci. Merci.

      Répondre
  4. Quand la rage devient plaine …

    Répondre
    • Oui. J’aimerais beaucoup que ces mots deviennent des phares dans la nuit que vivent d’autres que moi. Tout comme mes acolytes de plumes et de mots terribles et merveilleux que sont mes amis de la page secrète, l’espèrent peut-être.

      Répondre

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest