Héros-tismes 4

Héros-tisme 6
Héros-tismes 3

Héros-tismes 4

Tisme n° 4.

 

héros-tismes 4

Sur la plage abandonnée…

 

Un jour de vacances alangui, nous étions sur la plage, mes petites grenades par le soleil, léchées et par les mains de mon aimé, caressées, brunissaient de plaisir. Soudain, elles exhalent une odeur de fruits. De fruits gonflés et gorgés de désir.

– Que se passe-t-il? s’enquiert aussitôt ma petite noisette pleine de curiosité, par ce parfum excitée.

– Je crois qu’une invitation à danser est lancée… suggère le serpent de mon aimé qui, par l’odeur alléché, accourt à peau rabattue.

– Danser?! Ah mais quelle bonne idée! s’exclame ma petite noisette. Justement, je m’ennuyais… Et le vent, et le sable me titillaient.

Ainsi invité, le serpent arrivé près des petites grenades les renifle et, satisfait de ce qu’il sent, il commence à se balancer. Puis il s’approche de ma petite noisette et d’un mouvement souple et hypnotisant, il lui fait la danse du ventre.

Alors, sentant que ma noisette, de plus en plus intéressée, commence à répondre aux mouvements lascifs de son corps souple, il vient s’y frotter. Celle-ci appréciant l’initiative s’ouvre joyeusement et le laisse entrer. Le serpent, heureux d’être si bien accueilli, se met à tambouriner dans le fond de la petite grotte que lui a ouvert mon petit fruit qui ne s’est pas défendu, donnant le tempo à ce dernier. Le mouvement appuyé et lascif fait doucement suinter le jus de mon fruit ainsi sollicité. L’humidité envahit de plus en plus l’antre que le serpent avec intensité a investi de son corps durci et gonflé.

La danse s’accélère. Le couple par tous les pores, s’imbrique.

Tout tourne et chavire. La pression monte, la danse de lancinante devient feu, transe. Et frappe, et tape, et frotte, et frappe, et tape, et frotte. Et ça souffle, et ça gémit, et ça chante, nos corps affolés remuent et suent. Les râles de profonds deviennent graves et les cris d’aigus se font passionnés. Ah ! Oh ! Ah ! Oh ! Ah ! Oh ! Ah ! Oh ! Ah ! Oh !

Les pulsations montent. L’ambiance se chauffe. Le serpent se gonfle, de plus en plus tendu et joue sa partition avec une telle virtuosité que, comblée par la transe, ma petite noisette éclate de joie. Tous poils dehors, pour mieux sentir les effets combinés du son, du vent et des ondulations elle frémit, s’ouvre et se ferme avec passion, écrasant sur son petit bouton le serpent de mon amant qui en pleure de délice. Ajoutant son jus au suc de mon fruit, nos natures débridées ensemble crient au ciel leurs violences orgasmiques. Puis enfin repus, dans un soupir profond et satisfait, nous nous sommes endormis dans le sable, enveloppés du soleil qui léchait nos corps suant et nus.

Poil au cul!

Héros-tisme 6
Héros-tismes 3

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest