Héros-tisme 6

Héros-tismes 7
Héros-tismes 4

Héros-tisme 6

Tisme n°6

Laisse bien…

illustration du Tisme 6 de la série d'Héros-Tismes de Mary Blue Melville

Catwoman et Wonder woman se retrouvent un soir au somment des têtes géantes des présidents américains du Mont Rochefort. Les deux amies allongées le regard dans les étoiles se languissaient d’être si peu sollicitées. Le crime organisé accablé comme tout le monde par la chaleur excessive de cette fin août était parti sur la côte, histoire de tremper dans l’océan leurs guêtres avariées et frauduleuses.

– Oh mon Dieu, ce que j’m’ennuie, dit Wonder woman, princesse Diana de son petit nom, en regardant la voûte étoilée qui brillait romantiquement au dessus des deux héroïnes. Il ne se passe jamais rien ici… soupire-t-elle. Et pour ce qui est de l’amour et de la badinerie, quand t’es une héroïne, c’est carrément la galère! Tu parles d’une vie! J’ai un corps avec des super pouvoirs et pas un petit ami dans mon lit! s’exclame la jeune femme dépitée. Je te jure, Selina, j’ai l’impression de me dessécher comme une prune au soleil. Un jour, je vais me réveiller et je vais m’apercevoir que j’héberge une famille d’araignée dans ma petite grotte. Tiens, ben, je me sens aussi poussiéreuse et abandonnée que ces pauvres présidents décédés !

Selina Kyle, Catwoman de son nom de gentlewoman-cambrioleuse coule un regard amusé vers son amie qui fronce les sourcils, préoccupée. Puis elle se tourne lascivement vers Wonder woman qui était dans son costume de super femme, plus ou moins dénudée.

– Vraiment ? Tu veux que je vérifie, Diana ? C’est jamais bon de laisser le ménage en souffrance, tu sais… lui dit-elle un sourire en coin et l’œil pétillant.

– C’est vrai ? Tu ferais ça pour moi ? s’étonne Wonder woman. Sans rire, j’aime pas l’idée d’être habitée sans l’avoir désiré. Attends…

Wonder woman, en se dandinant, descend sa culotte blindée. Et pressée d’être rassurée, elle écarte les jambes, soulevant un peu le bassin pour faciliter les fouilles. Catwoman s’agenouille alors face à son amie. Et, parce qu’elle veut faire bien les choses, dans la mesure du possible, il vaut mieux ne pas rater sa première fois, enfin la première fois de Diana, pense-t-elle réjouie, elle commence par regarder.

– Alors ? Qu’est-ce que tu vois ? lui demande inquiète Wonder woman.

– Hé bien, c’est un peu sombre, je n’y vois pas grand-chose. A part, peut-être… Non, il va falloir que j’y mette le nez pour sentir s’il y a une odeur de renfermé, lui répond Catwoman de plus en plus amusée. Si ça ne te dérange pas, évidemment…

– Mais non, mais non… vas-y, vas-y…

Alors, Catwoman approche son nez tout en écartant de ses doigts les bords pulpeux des abords de la grotte et renifle.

– A… alors ?… fait Wonder woman un peu troublée. Tu… tu sens quelque chose ?

– Une odeur, un peu douçâtre, un peu acide, ce n’est pas désagréable mais… peut-être que je devrais y goûter…

– Mais oui, mais oui… Vas-y, vas-y… s’agace Wonder woman.

Catwoman doucement sort la langue et du bout de celle-ci va fouiller un peu plus loin dans l’intimité de son amie. Trouvant le goût agréable, elle insiste un peu ce qui augmente le trouble de Wonder woman puis, soudain, s’arrête car sa langue a rencontré un petit appendice comme une petite langue, une languette… Aha, pense Catwoman ravie, te voilà ma petite sucette à jouir!

– Hé bien ? Qu’est-ce qui se passe ? s’affole Wonder woman qui voudrait bien que le nettoyage s’intensifie. Je sens qu’il y a de la poussière qui se décolle, ne t’arrête pas !

– Oui, d’accord mais il y a comme une petite langue qui est venue à la rencontre de la mienne et… Attends, je vais y aller avec les doigts, peut-être qu’au toucher, je saurai mieux de quoi il retourne…

– Oui, oui, d’accord, d’accord mais vas-y ! crie Wonder woman un tout petit peu énervée.

Catwoman, alors, du bout des doigts dans un premier temps, va toucher la petite langue qui se montre de plus en plus. Puis, explorant les alentours d’un mouvement de rotation qui fait gémir d’impatience Wonder woman, elle trouve juste derrière le petit appendice, un mont doux et chaud qu’elle caresse. Alors, Wonder woman, le corps tendu, réagit et entame un petit mouvement du bassin autour des doigts de Catwoman, histoire de bien tout nettoyer.

Catwoman sourit de voir que ses efforts sont appréciés et continue plus profondément mais tout à coup, ses doigts se tournant, elle trouve sous sa pulpe un petit bouton. Et souriant de malice, elle glisse dessus et le presse. Les gémissements de Wonder woman qui sont de plus en plus profonds soudain se font petits cris. Le bouton se gonfle et s’étire autour des doigts qui le caressent. Catwoman qui n’en avait jamais rencontré de pareil, bien qu’elle ait plus d’expérience que son amie retire brusquement sa main.

– Mais enfin qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi tu t’arrêtes ?! crie Wonder woman outrée d’être spoliée d’un nettoyage complet.

– Je ne sais pas,… il y a ce bouton qui gonfle et…

– Mais, retournes-y immédiatement et appuies dessus, nom de nom ! Et laisse bien tes deux doigts, cette fois ! Parce que j’en peux plus, là, il faut que j’évacue les grandes eaux, faut finir !

Catwoman regarde Wonder woman et avec un sourire plein de malice, léchant ses doigts mouillés par son amie, lui dit :

– D’accord, d’accord, j’y retourne mais, vraiment, je pense que tu peux arrêter de t’inquiéter, c’est beaucoup trop humide pour des araignées…

Et avec empressement, et beaucoup de plaisir, les deux amies finissent de se faire le ménage dans leur petite grotte respective. L’ennui lancinant de cette soirée d’été complètement sorti de leur préoccupation et le corps et le moral bien remontés.

Héros-tismes 7
Héros-tismes 4

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest