Ghost Munster. Chapitre sept (part 1)

Ghost Munster. Chapitre sept (part 2)
Ghost Munster. Chapitre six (part 4)

Ghost Munster. Chapitre sept (part 1)

Ghost Munster.

Chapitre sept : Bleu de l’âme.

 

illustration du roman Ghost Munster chapitre sept. Une cuisine apocalytique

           A l’autre bout de la maison, les invités du mariage se sont quasiment tous concentrés dans le hall où les apprentis se sont serrés les uns contre les autres, évitant de toucher les vivants. Ils se brouillaient de plus en plus ne sachant pas ce qu’il convenait de faire ; s’amalgamer les uns aux autres, ou bien se glisser le long du mur jusqu’au couloir et rejoindre la salle à manger en espérant qu’un départ impromptu les ramène à l’aéroport, ou bien encore traverser le hall pour rejoindre Clémence, Robert, et leurs deux congénères en passant littéralement à travers la foule des vivants, ce qui n’était pas pour les rassurer ou enfin rester là et attendre en essayant d’éviter comme il pouvait tous ces gens désemparés. Dans le doute, ils étaient restés coincés.

           C’est le moment que choisit tout à coup l’air de l’entrée, juste dessous le grand lustre et au milieu des invités pour se brouiller, clignoter et finalement dans un rayon de lune légèrement bleuté recracher quatre jeunes spectres adultes et leur guide.

           Les quatre apprentis et leur accompagnant restent quelques secondes stupéfaits au milieu des vivants puis la première surprise passée…

           – M’enfin, qu’est-ce que c’est que ce bazar ? s’écrie le guide en s’élevant précipitamment suivis de ses élèves au dessus de la foule qui en frémit, perplexe, comme refroidit par un courant d’air soudain impossible à localiser. Ce n’est pas du tout la distillerie Macalan ! s’offusque le guide au regard sombre et féroce, mais à la peau aussi blanche que Robert l’a noire. Qu’est-ce qui a bien pu être assez puissant pour nous détourner de notre destina… Mais… mais… bégaie l’homme en apercevant soudain les apprentis. Vous êtes des primo Ghosts ?! Où sont vos guides ? … Vous… ça alors ! Qu’est-ce qu’on sent ? Des ondes positives ?!

           – Et des ondes négatives ! Au même endroit ?!! s’écrie un des apprentis, éberlué.

           – Ce n’est pas possible autant de forces opposées et concentrées sans même qu’on en soit aver… Non de Nom ! s’arrête l’homme dans une sale habitude de ne pas finir ses phrases, la main se grattant le menton et laissant nos pauvres primos-ghosts complètement perdus.

           – Mais oui, s’exclame un des apprentis. C’est du lâcher puissance mille !

           – Absolument ! La pièce en est remplie. C’est ça qui nous a détourné ! constate un autre, les yeux écarquillés.

           – C’est vrai que ça sent… commence un troisième apprenti.

           – le zang ! crie Freedom qui s’est déplié abruptement comme un ressort trop pressé.

           – Hein ?? font les cinq spectres suspendus sous le lustre de l’immense entrée.

           – Za Zent le zang ! La guerre ! insiste Freedom le regard fou.

           – Euh… Hum, hum… En ce qui concerne nos guides… Ils sont partis pour éviter une catastrophe, de ce qu’ils nous ont dit… lance négligemment Shark pour détourner leur attention du petit Freedom dont l’agitation lui parait quelque peu inquiétante.

           – Je ne vous parle pas d’odeur, jeune imbécile, je parle de vibration, s’agace le guide. La pièce en est imprégnée, on dirait qu’on a fait de l’amplification spec… La guerre ?! Partis pour éviter une catastrophe, vous dîtes ?! J’ai bien l’impression qu’elle est en cours, moi, la catastrophe ! lance le maître avec un mépris d’autant plus appuyé qu’il les regarde de haut. En vous laissant tout seul, en plus ! Qu’est-ce qui peut être pire qu’une bande de jeunes Ghosts pas encore disciplinés laissés sans surveillance ?! Qui sont vos guides ?

           – Maître Clémence et maître Robert ! s’écrie aussitôt Ātmā pleine de ferveur envers le guide qui la surplombe.

           – Clémence et Robert ?!… Tiens, tiens, tiens… Et vous n’avez rien tenté pour sortir de la pièce ? demande l’homme sournoisement.

           – Non, on aurait dû ? réplique Shark cachant, par pur bravade, le fait que deux d’entre eux étaient effectivement sortis du hall, ce qui laissent les autres pantois et un peu plus mal à l’aise sans qu’aucun d’eux ne trouve le courage d’intervenir. J’y ai bien pensé mais on a d’abord fait connaissance, continue Shark.

           Il joue les désabusés pour cacher son malaise et parce que, habitué qu’il est à défier les autorités, ce guide avec ses airs supérieurs et son regard cruel ne lui inspire pas la moindre confiance. Il lui rappelle un peu trop ce chef de la milice, tellement prompt à la torture que le président lui-même en était mal à l’aise. Un des rares souvenirs qu’il lui restait encore de son ignoble vie mais qui n’était pas prêt de s’évanouir puisqu’il avait fait la connaissance de ce monstre au sortir de ventre de sa mère.

           – Hum ! fait le guide avec mépris ne pouvant soupçonner que des apprentis de premier niveau pouvaient aussi bien lui mentir et ignorant de l’aversion qu’il provoquait chez cet apprenti-ghost un peu trop effronté à son goût. Bon, soupire le maître avec agacement. Et bien, je n’ai pas d’autre choix que de rester ici.

           – QUOI ??!! s’exclament horrifiés ses quatre disciples.

           Eclate alors un concert de protestations véhémentes.

           – Mais ce n’est pas juste, Maître Prospère ! Et notre part des anges, alors ?

           – Vous voulez nous faire rater la part d’un whisky de soixante quatre ans d’âge !! se récrie un apprenti chauve et portant toge et sandale lui donnant l’allure d’un bonze. C’est scandaleux, nous étions les premiers sur le coup ! Les filles vont encore nous faire la nique pendant des siècles !

           – C’est notre récompense faudrait voir à ne pas l’oublier, maître ! lui reproche, un autre à l’allure typiquement péruvienne, ses cheveux longs et noirs ondulants avec les mouvements de colère du jeune homme.

           – C’est vrai maître. J’ai moi-même sauvé la foi de tout un monastère bouddhiste ! Un exploit remarquable et qui mérite à lui seul une récompense ! lâche avec orgueil un jeune homme aux yeux bridés et enfoncés qui lui donnent un air sournois.

           – Oui, oui, je sais, je sais Ying mais elle attendra votre récompense… Ah ! Ça ne sert à rien de vociférer, fait le maître en levant les mains pour couper court aux protestations, je n’ai pas le choix je vous dis. Vous voulez en parler avec Pierrette ? Très bien ! Mais je vous préviens, en ce moment elle est d’une humeur de chien.

           Le nom de Pierrette bien plus encore que le ton tranchant du maître fait taire les apprentis qui bien qu’ils soient tout à fait performants dans la maîtrise de leur émotions, laissent leur aura se brouiller légèrement témoignant des sentiments contradictoires qui s’affrontent en eux.

Ghost Munster. Chapitre sept (part 2)
Ghost Munster. Chapitre six (part 4)

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest